Il faut arrêter la bétonisation des terres agricoles et produire local.

le

Le projet de construction d’un immense centre commercial sur les tènements de Bonneterre à Pézenas fait l’objet de bien des controverses dans le Piscénois.

Lors du récent débat sur l’eau à Castelnau de Guers, Jean Luc Bou, candidat du Front de Gauche aux élections législatives, a été convié, par des défenseurs de la nature et des riverains du secteur, à venir se rendre compte des dangers que la bétonnisation de Bonneterre et l’accroissement des eaux de ruissellement feraient courir à la zone de l’Étang.

x2017-06-02_103753_BOU-Bonneterre.JPG.pagespeed.ic.2LHIBcNGPy

Répondant à leur invitation, il est venu constater la réalité du terrain. Il a écouté attentivement les observations de Claude Alranq, habitant l’Étang  : «  les ruisseaux et fossés ne sont plus entretenus depuis vingt ans ce qui accentue les risques d’inondations du secteur. L’Étang est naturellement une zone de lutte contre l’eau qui a nécessité des efforts inlassables d’entretien des réseaux. Chaque fois que l’investissement a été interrompu l’eau a repris possession de son domaine naturel. Ces risques seront aggravés par les ruissellements venant de Bonneterre si on y construit une méga zone commerciale sur des dizaines d’hectares.  »

Jérôme Ivorra, de la Société de Protection de la Nature, a renchéri  : «  Aujourd’hui, entre cabanisation, poursuite des constructions de villas et comblements, ce territoire perd peu à peu tout caractère faute d’avoir été intégré à une réflexion globale sur son rôle possible dans le Pézenas de demain.  »

Pour Jean Luc Bou, la vigilance reste de mise, à Bonneterre comme partout ailleurs sur le territoire  : «  Il faut refuser la  bétonnisation des espaces agricoles tout comme la poursuite de la bétonnisation du littoral. Ces terres doivent être réservées à l’installation de jeunes agriculteurs et consacrées au développement de productions locales afin de favoriser les circuits courts et coopératifs. La construction d’un immense centre commercial va contribuer à la mort du centre ville de Pézenas et des villages environnants. Nos agriculteurs peuvent produire l’alimentation nécessaire à la population de notre pays. Pas question d’aller l’acheter dans des hypermarchés après l’avoir importée et transformée.  »

Jean-Luc BOU Candidat « Unis pour l’humain d’abord » Législatives 2017 7° circonscription de l’Hérault (02-06-17)    

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s