À Sète et à Agde : la colère gagne les commissariats. La hiérarchie reste sourde.

À Sète, 90% des effectifs de police secours ont déposé un arrêt maladie pour dépression ou burn-out, soit une trentaine de policiers au moins. Des collègues d’Agde ont décidé de les rejoindre hier. Le mouvement semble gagner Montpellier aujourd’hui vendredi.

dscn8824_1À l’origine de cette contestation, la direction départementale de la police qui a refusé d’appliquer les nouveaux rythmes de travail prévus. Cette réforme devait permettre aux agents de passer plus de temps en famille, avec un week-end libre toutes les deux semaines, contre un week-end toutes les six semaines actuellement.

À Sète, où les fonctionnaires estiment déjà être en sous-effectif, c’est la goutte d’eau. Sous le quinquennat Sarkozyy, le Commissariat de Sète a perdu (selon une source syndicale) 60 policiers. L’annexe de l’île de Thau a été fermée. On se rappelle l’épisode du lynchage médiatique par Sarkozy du fondateur de la Police de proximité que nous avions invité à un colloque à Sète en 2013. On ne voit guère, comme dans l’Education, les effectifs supplémentaires annoncés par ce gouvernement.

Avec le maintien de l’état d’urgence et les effets d’annonces sécuritaires, les missions se multiplient et se diversifient. La culture du chiffre s’est imposée au détriment de celle de service public. La situation sur le terrain se tend. Le dialogue avec la direction semble impossible. Pire la hiérarchie tente l’épreuve de force en convoquant les personnels en arrêt maladie pour une visite de contrôle et leur enjoignant de reprendre le travail.

Nous pensons que seule une police de proximité, composée de policiers formés, encadrés, peut recréer un lien de confiance avec la population. A l’échelle nationale, nous proposons le recrutement de 20 000 policiers et gendarmes avec une formation renforcée.

Ramener la gauche à gauche, c’est aussi avoir une grande ambition politique pour les quartiers populaires en termes d’emploi, de formation, de développement économique, d’éducation, de logement, de culture. Avec des missions de service public reconstruites et élargies. A dix semaines du premier tour des élections présidentielles nous proposons un grand débat national sur ces enjeux.

 Unis pour l’Humain d’abord !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s